Augustin DUBURCQ

AUGUSTIN DUBURCQ  et l’AMICALE LAÏQUE

QUI ÉTAIT AUGUSTIN DUBURCQ  ?

Il naît le 7 mars 1851 à LA FERTE SOUS JOUARRE, où sa famille vivait déjà en 1753.

Comme son père, son grand-père et son arrière-grand-père, il est entrepreneur en bâtiment.

Il est aussi vice-président de la Chambre Syndicale des Entrepreneurs de Couverture et Plomberie de Paris et de la Seine.

On peut dire qu’il professe des idées très avancées pour son temps. Radical Socialiste, il milite activement pour la laïcité.

Le 13 août 1905, il est élu Conseiller Général de Seine et Marne par 1845 voix. Il occupera cette fonction pendant vingt ans.

Le 13 juillet 1918, il reçoit la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur pour son attitude courageuse face à l’ennemi durant la 1ère Guerre mondiale, ce qui lui avait déjà valu d’être cité à l’ordre de la Nation en 1915.

Il est Président de la Section cantonale des Pupilles de la nation jusqu’en 1923.

Vers 1901, il fonde avec M.Chalamon, l’Association Républicaine du Canton de La Ferté sous Jouarre.

Très présent dans la vie de la ville, il est secrétaire de la caisse des écoles, membre du bureau des cantines scolaires, préside aux remises des prix de fin d’année.

Le 1er juin 1904, il fonde et est président des « Pêcheurs Fertois » dont le but est d’obtenir l’affermage de lots de pêche et veiller à leur protection, leur assainissement et leur remplacement. La devise : « L’eau pure pour tous ».

De son mariage avec Eugénie Mathilde CLEMENT sont nés quatre enfants. Ses deux premières filles sont mortes en bas âge. Son premier fils, Augustin Eugène, né en 1882, est emporté par la scarlatine à l’âge de 19 ans, pendant son service militaire.

Eugénie Mathilde, n’ayant pas supporté le décès de ses trois premiers enfants meurt de chagrin le 17 octobre 1907.

Son second fils, René, né en 1885, décède, en décembre 1914, des suites de blessures de guerre reçues le 5 septembre.

N’ayant plus d’héritiers directs, il fait don de la plus grande partie de sa fortune à la ville de LA FERTE SOUS JOUARRE par testament établi dès 1923, et en particulier deux immeubles à PARIS dont les revenus, séparés du budget communal, sont destinés “aux oeuvres post-scolaires des écoles communales laïques de LA FERTE SOUS JOUARRE existantes ou à créer”, ainsi qu’à d’autres oeuvres sociales.

Après sa mort, survenue le 5 août 1930 dans sa maison de La Haute Vue, à l’âge de 79 ans, la Ville, reconnaissante, érige un monument près de la Marne, à côté de l’école qui porte aujourd’hui son nom.

Chaque année, le premier dimanche du mois d’août, une délégation des bénéficiaires de ce legs se recueille et fleurit ce monument.

Généalogie de la famille d’Augustin Duburcq sur une dizaine de générations : www.geneanet.org

Dans « recherchez vos ancêtres » taper Duburcq et La Ferté sous Jouarre et cliquer sur la ligne « arbres » puis sur le petit arbre d’Amicale Laïque. Pour accéder à l’arbre, il faut s’inscrire sur le site. C’est gratuit et n’engage à rien mais c’est indispensable pour pouvoir naviguer sur toutes les personnes en cliquant sur leur nom.